EXPOSITION “DARKLENS”

EXPOSITION "NOUS RESTERONS SUR TERRE"

 

 

DARKLENS

On pourrait commencer ainsi, la passerelle du RER est momentanément fermée pour cause de guerre inter-galactique opposant des gardes de Vador à un groupe de jedï retranché dans le gymnase Jacques Prévert. Ou encore, A vendre Visa blanche, 1983, 182 000 Km, accompagnée d’un droïde "r2d2" 10 milliards de Km parcourus, ayant sauvé 3 fois la galaxie. Il y a, pour moi, un vrai plaisir à méler ces incohérences, à tenir dans un même cadre le proche et le lointain, le rêve et le réel. L’objectif de départ était de photographier la banlieue, là ou je vis, avec ces parkings à répétition, ces zones mixtes et souvent ternes, qui me touchent pourtant dans leur banalité, voire dans leur laideur. Comme pour le premier volet de ma "vitrine des choses", qui s’occupait du nord rêvé de mon enfance, je n’ai nullement tenté de me greffer sur un discours politique ou sociologique. Ce qui m’importait, c’était de donner une profondeur, de rendre étrange et mystérieux ces lieux hétérogènes et trop souvent stigmatisés. Grce aux personnages de Star Wars, la banlieue devient le décors grandiose et affligeant –comment ne pas se croire parfois en pleine étoile noire?– d’une histoire dont elle occupe enfin le centre. Ainsi transfigurée, elle offre le spectacle d’une violence cathartique et sans enjeu. Mais pourquoi de simples personnages tirés d’une mythologie hollywoodienne arrivent-ils à en modifier notre perception?

 

 

HERE TO STAY/ NOUS RESTERONS SUR TERRE


Nous resterons sur Terre, est un projet multiple : un film doublé d’un essai photographique, qui nous propose une vision singulière de notre monde, au bord du gouffre.
Cédric Delsaux, photographe né en 1974, nous invite à un voyage poétique et halluciné au coeur de notre civilisation occidentale, pour le meilleur et pour le pire. Son regard se tient dans des lieux désertés par l’homme, comme au lendemain d’une apocalypse, où la Nature n’a plus de place.
« Qu’allons-nous faire maintenant, ici, dans cette succession de lieux improbables ? Je me
souviens, enfant, avoir rêvé à des mondes lointains, à des univers de science-fiction.
Mais qu’attendais-je de plus ? Tout était déjà là, présent dans sa plus délirante réalité. »
Pour nous aider à mener une réflexion sur ce que nous avons fait de notre planète, et sur ce que nous en ferons, Edgar Morin, Mikhaïl Gorbatchev, Wangari Maathaï et James Lovelock nous livrent avec lucidité leur pensée sur ce qui est désormais devenu l’urgence écologique.
Nous resterons sur terre est un projet multiple : un film doublé d'un essai photographique qui nous propose une vision singulière de notre monde, au bord du gouffre.

DARKLENS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut de la page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NOUS RESTERONS SUR TERRE

Haut de la page